Mon sujet

Ce billet présente mon sujet de mémoire:

« Le 14 juillet 1751 étant mouillé devant la rade de Siriam avec le vaisseau de la Compagnie la Favorite, envoyé par M. Dupleix, […], le prince de Siriam m’a envoyé un chef de la Roudaye avec un interprette pour me demander d’où venoit le vaisseau, quel sujet nous amenoit dans ce pays, […] »1 

 

Au milieu du XVIIIe siècle, un Français nommé Sieur de Bruno (ou Bruneau) est arrivé dans l’actuelle Birmanie, dans ce qui était le royaume de Pégou. De sa mission, nous ne savons que peu de choses.

Sieur de Bruno a été envoyé par Dupleix sur un navire de la Compagnie des Indes Orientales (CIO). Arrivé dans le port du royaume, à Syriam (Siriam ou Sirian suivant les sources), Sieur de Bruno aurait été aidé par l’évêque de Pégou, Paul de Nérini. Il aurait, ensuite, établi un contact avec le roi en lui présentant une lettre de Dupleix et du Conseil de Pondichéry. Nous ne connaissons pas le contenu de la lettre mais le roi accepte de laisser un terrain à la compagnie, si celle-ci apporte son aide au roi dans la guerre qu’il est en train de mener.
Cette guerre oppose le royaume de Pégou, au sud de l’actuelle Birmanie, au royaume d’Ava, au nord (j’aurai l’occasion de vous présenter la situation politique de l’époque dans un prochain billet). La royauté d’Ava est faible, elle connait des difficultés après ces défaites contre le royaume de Pégou. Mais, ce royaume est soutenu par les Anglais (East India Compagny, EIC).
Par ce jeu d’alliance, commence alors une double rivalité dans un seul conflit. Parallèlement à la guerre, le terrain cédé à la compagnie sert à la construction de navires et à un peu de commerce.

Sieur de Bruno quitta la Birmanie pour revenir à Pondichéry, il y retourna en 1754.

A son retour la guerre fait rage, et l’absence de Sieur de Bruno a laissé grandir un doute à la Cour sur l’aide que peut réellement apporter la CIO. Pendant un court instant les alliances tendent à s’inverser. Les Anglais prennent contact avec le roi du Pégou et Sieur de Bruno avec le roi d’Ava. Plusieurs personnes interviennent auprès du roi du Pégou pour conserver son alliance avec la CIO et le premier schéma politique est retrouvé.
Le Pégou commence à perdre des batailles. Sieur de Bruno demande des renforts à la CIO qui lui envoie deux navires avec des armes et des hommes. Entre temps, le roi d’Ava est aux portes de Syriam. Ce dernier prend la ville avant que les renforts n’arrivent. Une des versions de cet événement rapporte que Sieur de Bruno aurait été piégé par le roi qui l’aurait obligé à demander des renforts à la CIO pour avoir la preuve de son soutien militaire au royaume de Pégou. Quoi qu’il en soit, un des navires arrive à bon port, l’autre se perd en chemin, et apporte la preuve du lien entre Sieur de Bruno, et de fait la CIO, avec le roi du Pégou au de-là d’un simple lien commercial. Les armes sont récupérées, les matelots sont incorporés dans l’armée du roi d’Ava, Sieur de Bruno et les officiers, ainsi que l’évêque Paul de Nérini semble t-il, sont alors tués en 1756.

C’est là qu’ont commencé à jaillir mes interrogations.

Pourquoi les compagnies ce sont-elles intéressées à ses royaumes ? Était-ce pour des raisons commerciales ou simplement par rivalité ?  Si c’est pour des raisons commerciales, quelle est donc cette richesse qui justifie cette confrontation voilée ?  Et si c’est par rivalité, pourquoi ouvrir un nouveau théâtre d’un conflit qui les oppose déjà fortement en Inde ? Pourquoi y a-t-il eu cette mission ? Et, comment s’est-elle passée pour aboutir à la mort de celui qui en était investi et des personnes y ayant participé ?
En somme, pourquoi y a-t-il eu une mission en Birmanie et pourquoi celle-ci a-t-elle échoué?

C’est par le biais de mon mémoire que je vais tenter de répondre à ces/mes questions.

1Tiré du « Journal de Bruno », FR ANOM C121 folios 2-9

Cite this article as: Adrien Marest, "Mon sujet," in Une aventure birmane, 12/12/2017, https://uabirmane.hypotheses.org/148, ISSN:2606-6742.

Une réflexion au sujet de « Mon sujet »

  1. Ping : Une église de briques et de broc | Une aventure birmane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *