Dis moi comment tu t’appelles, je te dirais qui tu es.

Ce billet parle des noms en Birmanie :

Pendant mes recherches, j’ai rencontré quelques difficultés vis-à-vis des noms birmans. Afin d’y remédier, il m’a fallu comprendre la particularité des noms en Birmanie que je vais vous expliquer ici.

  • Qu’est-ce qu’un nom ?

Dans de nombreux pays les personnes sont nommées par un prénom et un nom. Or, cette logique n’est pas universelle, comme le montre la Birmanie où le patronyme n’existe pas. Il faut donc oublier le schéma dichotomique avec d’une part le prénom et d’autre part le nom, en tant que nom de famille. Pour la Birmanie, nous ne parlons que du nom, comme étant une dénomination unique.

  • Les jours et l’alphabet

Chaque jour de la semaine est lié à une ou plusieurs lettres de l’alphabet. Dans la pratique le jour de naissance détermine la première lettre du nom d’une personne.

Afin de rendre plus facile la compréhension de ce système nous avons placé des encadrés de couleurs, ainsi les jours de la semaine et les lettres sont organisés de la façon suivante :

-Le lundi correspond à la première ligne de l’alphabet (l’encadré rouge)
-Le mardi à la seconde ligne (l’encadré jaune)
-Le mercredi matin correspond aux deux lettres de l’encadré rose
-Le mercredi après-midi équivaut aux deux lettres encadrées en violet
-Le jeudi se réfère à la cinquième ligne de l’alphabet (l’encadré bleu)
-Le vendredi est associé aux deux lettres encadrées en noir
-Le samedi correspond à la quatrième ligne de l’alphabet (encadré en vert)
-Le dimanche se rapporte à la dernière lettre de l’alphabet (encadré en vert clair)

 

Alphabet birman et les jours de la semaine pour le choix des noms

La troisième ligne du tableau correspond à des lettres en Pali qui peuvent parfois être utilisées dans certains mots, c’est pourquoi cette ligne figure sur l’alphabet mais ne correspond à aucun jour de la semaine.

  • L’astrologue

Le nom n’est pas choisi au hasard à partir de cette première lettre. En Birmanie,après une naissance, les parents se rendent chez un astrologue qui va aider les parents dans le choix du nom. Car, celui-ci doit correspondre au jour de naissance (comme nous l’avons vu pour la première lettre) mais aussi à l’ordonnancement des planètes au moment de la naissance. L’alphabet n’est pas seulement lié aux jours de la semaine mais aussi à l’astrologie. Ainsi, l’astrologue observe les ascendances pour voir les autres lettres de l’alphabet proche de son jour de naissance. De cette manière les parents obtiennent une indication pour choisir les autres mots qui peuvent venir composer le nom.
Le zodiaque birman est le suivant :
– Lundi : le tigre
– Mardi : le lion
– Mercredi matin: l’éléphant
– Marcredi après-midi: l’éléphant sans défenses
– Jeudi : le rat
– Vendredi : le cochon d’Inde
– Samedi : le Nâga (serpent mythique)
– Dimanche: le Garuda (oiseau mythique)

Zodiaque birman ; Source: http://www.cobayesclub.com

  • La composition du nom

Le nom est composé d’un ou plusieurs mots, dont le sens donne une signification.
Afin d’éclairer notre propos nous allons prendre un exemple pour une personne né un dimanche (soit la lettre အ).
Cette personne peut avoir un nom d’un seul mot, par exemple : Aung (ce qui signifie le succès/ la réussite), de deux mots, comme Aung Linn (linn signifie brillant dans les deux sens du terme) ou encore de trois mots, par exemple Aung Moe Hein (Moe signifie l’influence, Hein peut se comprendre comme signifiant). Il est rare d’avoir un nom composé avec plus de trois mots.

Les noms apparaissent souvent à l’écrit avec un préfixe qui donne une indication sur la personne. Ainsi Maung devant un nom correspond à un jeune homme, Ma à une jeune femme, Ko pour un homme après l’adolescence, U est utilisé pour un homme de plus de trente ans ou pour marquer le respect pour une personne plus élevé dans la hiérarchie (sociale ou professionnelle) et son équivalant féminin est Daw.1

  • Les changements de nom

Il est possible de changer de nom en Birmanie pour deux raisons majoritairement. La première est liée à l’astrologie. Le nom est censé correspondre à la personne en lui procurant quelque chose de positif, d’où l’utilisation de mots à connotations positives dans la composition du nom. Cependant, si par exemple un enfant est chétif, les parents peuvent changer son nom pour améliorer la situation (si les traitements médicaux n’ont pas eu d’effet par exemple, le changement de nom n’est pas la première solution face à un problème), toujours avec les conseils d’un astrologue.
La seconde raison est simplement celui du choix de la personne. Si cette personne n’aime pas son nom alors il peut décider de le changer ou de le modifier.

  • Les noms « de familles »

Certaines personnes possèdent un nom « de famille ». Ceci est lié à la pratique étrangère de la dénomination d’un individu par son prénom et son patronyme. Ainsi, une personne qui est née à l’étranger peut posséder un nom « de famille ». Car, pour correspondre aux normes du pays de naissance le choix d’un patronyme s’est imposé à la pratique birmane. Au-delà de la naissance, il est possible de retrouver ce cas de figure lors du changement de nationalité par exemple et dans tous les autres cas nécessitant une adaptation vers un système comportant un patronyme.

Dans le cas d’une naissance le nom correspond en général à une partie du nom d’un des deux parents. Personnellement, j’ai remarqué qu’il s’agissait en générale de celui du père mais ce n’est pas suffisant pour affirmer que c’est ainsi dans la totalité des cas. Si, majoritairement, le nom du père est choisi il serait intéressant de savoir s’il y a un lien avec la culture d’une société patriarcale ou par adaptation à la société où le choix d’un nom « de famille » a été imposé.

  • Les noms et la recherche

La question du nom peut devenir problématique dans une recherche quand on est habitué à un autre système de dénomination. Quand on fait une recherche sur des rois birmans qui ont changé de nom ce n’est pas très grave car le changement de nom ou le surnom est une pratique que l’on connait aussi pour les rois en Europe. La logique s’adapte assez bien. De plus, les archives apportent une grande aide car elles conservent les changements de noms en plus de la filiation. Cela devient problématique pour les personnes qui n’appartiennent pas a une strate social suffisamment élevée.
Aujourd’hui, dans de nombreux pays, la généalogie est assez répandue et même très pratiquée, aussi bien à l’échelle des professionnelles que des particuliers. Or, en Birmanie la généalogie est très difficile ce qui fait qu’il n’y a que très très peu de recherches généalogiques.

La seconde difficulté que l’on peut rencontrer est celui de la bibliographie. Il est très difficile, au début, de respecter une norme bibliographique avec des ouvrages écrits par des auteur.e.s d’origine birmane ou des auteur.e.s birman.e.s.

Dans le premier cas, le classement est assez simple car les auteur.e.s d’origine birmane (né en Birmanie ou non), rédigent en général depuis un pays possédant le système des patronymes. Il faut parfois réussir à uniformiser le nom « de famille » et le prénom. Pour un seul livre on peut trouver plusieurs formes différentes de nom et de prénom, suivant le découpage qui a été effectué entre les mots qui composent le nom birman ou par rapport à la transcription en alphabet latin mais aussi s’il y a un préfixe qui a été laissé dans le nom (généralement on retrouve le U).

Dans le second cas, si nous n’avons pas de patronyme. On arrive facilement à créer une exception dans le cas des ouvrages birmans en laissant l’ensemble des informations en birman. Cependant, il est préférable, pour les lecteurs/trices, de proposer une traduction du titre et une transcription du nom en parallèle entre parenthèse. Dans un classement thématique la question de la langue étrangère ne pose pas de problème mais dans un classement alphabétique il faut faire un choix. Personnellement j’ai choisi de classer les ouvrages dans l’ordre alphabétique suivant les lettres qui composent la transcription du nom que j’en ai fait.

Je propose ici mes solutions face à ce problème des noms pour une bibliographie. Il faut, pour toutes les situations similaires, prendre le temps d’expliquer les particularités et/ou offrir une référence permettant d’expliquer votre choix. Dans le cas du birman dans les recherches françaises, il s’agit de TREGNIER, Pierre, L’Etat civil birman (page 25 pour le nom, tel que je l’avais indiqué dans ma note de bas de page ci-dessus).

Les noms birmans s’intègrent dans une logique différente que celle que nous connaissons. Pour autant, ils peuvent permettre d’apporter un certain nombre d’indications sur une personne. Le nom peut apporter des indications qu’il ne faut pas négliger dans la recherche historique.

Cite this article as: Adrien Marest, "Dis moi comment tu t’appelles, je te dirais qui tu es.," in Une aventure birmane, 21/03/2018, https://uabirmane.hypotheses.org/218, ISSN:2606-6742.
  1. Cette partie est tirée de TREGNIER, Pierre, L’Etat civil birman, L’Harmattan, Paris, 2003, Chapitre IV Le nom, p.25 []

Carte mentale

Ce billet présente un outil de travail qu’est la carte mentale :

Dans la recherche, il est parfois difficile de garder l’esprit clair, notamment quand on possède un trop grand nombre d’informations, d’hypothèses et de questions. Il faut réussir à conserver un visuel sur ce que l’on fait mais également sur son sujet pour en dégager les pistes, les procédés, les d’interactions, les connexions. Les problématiques sont simples : Comment gérer toutes ses informations ? Comment gérer les différentes interactions et les différents individus ?  Comment gérer sa propre démarche de recherche ?

Pour alléger mon cerveau et ma pensée, j’ai recours à une carte mentale (Mind map).
Une carte mentale est un outil qui représente physiquement, sur un espace plane, la pensée. Cela permet de se décharger cérébralement et de libérer la pensée en observant des informations de manière ordonnée, permettant ainsi d’avoir un regard, parfois/souvent, nouveau sur sa recherche.

Laissez-moi vous présenter ma carte mentale :

Ma carte mentale en Novembre 2017

Il existe plusieurs outils de cartes mentales. Souvent gratuits, ces outils peuvent être des logiciels, comme par exemple Freemind, ou des outils en ligne à la même manière qu’un cloud, je pense ici à Coggle.

Personnellement j’utilise Coggle, pas seulement parce qu’il est, en partie, gratuit ou parce qu’il est plus esthétique que d’autres. J’ai choisi Coggle car c’est un outil en ligne disponible sur un ordinateur et/ou sur mon téléphone, avec l’application. Posséder sa carte mentale sur son téléphone permet de l’avoir quasiment toujours avec soit lorsque l’on pense à une nouvelle hypothèse ou que l’on découvre une nouvelle informations aux archives.
Mais, avant tout, parce que je peux la partager. La question du partage a été déterminante dans le choix de ce support. Car, cela signifie que je peux communiquer avec mon directeur de recherche qui, de ce fait, peut consulter ma carte mentale quand il le souhaite pour observer les modifications, c’est-à-dire ma progression dans ma recherche.

Voici mon organisation :

-Ma carte mentale est organisée à partir de Sieur de Bruno.
-Puis, sur chacune des branches, on retrouve différents individus ou groupes d’individus. En somme, les personnes ou des institutions qui ont eu un lien direct avec lui, des personnes qu’il a rencontré.
-Si on continue sur ces branches on rencontre d’autres individus ou groupes d’individus qui n’ont pas été en lien directement avec Bruno mais qui ont, d’une manière ou d’une autre, entretenu un lien indirect avec lui.
-Sur chacune de ces personnes ou chacun de ces groupes, j’ai ajouté des sous-branches me permettant d’y ajouter les questions et les hypothèses qui s’y rattachent.

Au fur et à mesure je modifie ma carte pour m’organiser dans les recherches qui ont été faites, les recherches à faire et gérer mes hypothèses.

Ma carte mentale en Janvier 2018

Parallèlement à l’organisation par branche, j’ai ajouté un code.
Ce code est essentiellement visuel. Cela me permet de savoir où j’en suis assez rapidement, en un regard. Ce code est composé par:
– Une signalétique avec des points d’interrogations pour les questions mais aussi de panneaux jaunes avec un point d’exclamation pour les priorités (faisant souvent référence à des lectures déjà repérées). Les cases vertes représentent soit les hypothèses qui étaient bonnes et qui sont confirmées, soit les hypothèses qui nécessitent plus d’éléments pour être totalement confirmées. Les petits stylos représentent les archives que j’ai repéré mais que je n’ai pas encore pu consulter.
– Une police permettant d’appuyer les éléments importants, en gras, pour les voir en premiers. J’augmente également la taille de la police pour les branches prioritaires dans mon planning de recherche.
– Un ordre des branche qui est aussi un moyen d’organiser ma carte. Les questions et les hypothèses, de chaque individu ou groupe d’individu, sont placées soit en hauteur, quand c’est une interrogation qui est encore présente, soit en bas, quand l’hypothèse a été confirmée (ou en voie de confirmation).

La carte mentale est un outil majeur de ma recherche que j’ai adopté pour toutes les raisons pratiques que j’ai évoqué. Cependant, il faut avoir une rigueur quotidienne pour la tenir à jour. Il faut aussi conserver le même code que l’on a établi dès le début. En parlant de ma carte mentale à mes camarades, plusieurs d’entre eux ont essayé d’en faire une. Ils ne l’ont pas tous adopté si cela ne correspondait pas à leurs méthodes de travail.

Cite this article as: Adrien Marest, "Carte mentale," in Une aventure birmane, 25/02/2018, https://uabirmane.hypotheses.org/146, ISSN:2606-6742.

Une église de briques et de broc

Ce billet parle de l’utilisation de l’archéologie pour mon sujet.

  • L’église de l’évêque du Pégou :

Paul de Nérini est une personne essentielle dans ma recherche (comme je l’ai rapidement  présenté dans le billet Mon sujet).
Je le place dans le cercle des protagonistes directs, ceux qui ont été en contact avec Sieur de Bruno. L’évêque du Pégou a été son intermédiaire sur place, servant à la fois de traducteur, de soutien, de guide aussi bien pour se déplacer dans le royaume que dans la société.

Après mes questions sur cette mission en Birmanie, je me suis interrogé sur cet évêque et sur les traces qu’il a pu laisser :
« Bon… alors…. Paul de Nérini est un évêque, c’est donc un homme d’Eglise. Et, un homme d’Eglise doit avoir une église, non ? » me suis-je dit.
L’idée était là, l’évêque, au-delà des traces manuscrites, avait peut-être laissé un bâtiment. Celui-ci pouvait avoir disparu à cause des matériaux qui avaient été utilisés, ou par une destruction volontaire.

Une de mes sources1 m’indiquait que Paul de Nérini avait utilisé une église en bois, bâti avant lui par les premiers missionnaires portugais, et qu’il en avait fait construire une en brique à la place. Il était donc possible que celle-ci soit restée. Je devais vérifier.

Après une recherche rapide, nous arrivons facilement à localiser une ancienne église à Thanlyin (သန်လျင်). Cette ville se situe en face de Yangon (ရန်ကုန်) et a été reconstruite sur les ruines de Syriam.

Le fait de trouver une église dans la « bonne ville » ne suffisait pas. Comment savoir si c’était bien celle qui avait été faite par Paul de Nérini ?
C’est une source anglaise2 répertoriant les monument de Birmanie qui m’a permis de m’en assurer. Il était écrit :

The Church was erected in 1749-1750 A.D., by Monsiegneur Nerini, […]. « In plan it consisted of a simple nave, ornamented with arches and columns both inside and out. »

D’après les photos que nous pouvons avoir avec google map, l’église est bien une église en brique avec une simple nef, comportant des arcades à l’intérieur et à l’extérieur.

  • Quel lien avec Sieur de Bruno ?

Ma grande surprise a été de trouver une plaque « commémorative » qui a été retrouvé sur les lieux. J’avais eu mention de cette plaque de marbre mais elle semblait avoir été perdue, vu que le bâtiment était resté à l’abandon pendant longtemps. Ce fût une surprise car cela me permettait de trouver une preuve alimentant une de mes hypothèses.
Après tout, cette église a été faite bien avant la mission de mon protagoniste, Sieur Bruno. On pourrait penser que sa présence ne change rien à sa mission.Cependant, lors du retour de Sieur Bruno en 1754,  la Cour de Pégou doute de sa possibilité à les aider. Mais, Sieur de Bruno a été soutenu auprès de la Cour par l’évêque du Pégou, Paul de Nérini, et par d’autres personnes notamment des marchands arméniens. Mais pourquoi ces marchands l’ont-ils soutenu ? N’étaient-ils pas déjà implanté dans le royaume et même suffisamment bien implanté pour pouvoir s’entretenir avec la Cour ? Qu’avaient-ils de plus à gagner en soutenant la mission de Sieur Bruno, et se compromettre dans une décision politique ? Pourquoi soutenir la CIO plutôt que l’EIC ? Pour le commerce, la compagnie qui s’implante importe peu au final.
Mon idée était qu’ils avaient un lien soit avec la communauté française présente soit avec Paul de Nérini. Pourquoi ? Je ne le savais pas encore.

Voici la plaque qui a été retrouvé:

Photo prise par Tun Tun en mars 2017

TEMPLUM HOC BEATÆ MARIAE VIRGINI SINE LABE CONCEPTÆ -SACRUM- NICOLAI DE AGUALAR NATIONE ARMENI ET MARGARITÆ CONJUGIS ÆRE EXTRUCTUM EST ANNO DOMINI SANCTO -MDCCL-

L’inscription latine de la plaque nous indique bien qu’il y avait un lien avec l’évêque et les marchands arméniens. J’ai appris par la suite que Paul de Nérini aurait même réussi à convertir les arméniens, traditionnellement de rites grecs, à l’Église de rites romains.  A défauts de convertir les « birmans », aurait-il ,tout de même, converti les arméniens ? D’après les sources une autre plaque aurait-été faite pour marquer l’événement. Je n’ai pas encore retrouvé cette plaque. Si jamais elle a existé ou si elle existe encore ? L’hypothèse d’un lien entre Paul de Nérini et les marchands arméniens était confirmée. Celui-ci était même devenu leur évêque. Par analogie, les marchands arméniens soutenaient Paul de Nérini dans l’aide qu’il apportait à Sieur de Bruno pour sa mission.

  • L’archéologie et conservation du patrimoine

Ma surprise fût double. Je savais que vers la fin du XIXe siècle l’église était abandonnée. Il n’y avait aucune trace de la plaque et la nature avait repris possession des lieux.

tiré de l’ouvrage : Wanderings in Burma de G.W. Bird, 1897.

Ce qui m’a surpris c’était de voir comment avait été agencée la plaque marquant la création de l’église. Elle avait été ajoutée à une autre pierre à la manière d’une tombe. Cette secondaire pierre était d’ailleurs une pierre tombale.

photo prise par Tun Tun en mars 2017

Voici la transcription, de ce que j’ai pu lire de l’inscription :

Aqui esta sepultada corpo de Maria Dias mulher que foi de Antonio Fernandes aturat de siriao de dade de 48 annos. [Q]ual Falleceo em de Março de 1732.

Cette deuxième pierre, en plus de comporter une date antérieure à celle marquant la création de l’église, était en portugais. Après tout, l’église avait été bâti à la place d’une église portugaise, il était donc normal de trouver une inscription en portugais et même que l’on nomme cette église comme étant une ancienne église portugaise. Ce qui m’intriguait c’était qu’on avait pu assembler ces deux pierres ensemble lors de la patrimonialisation de l’église.
J’avais remarqué que les deux pierres comportaient une inscription en « birman » et j’ai voulu vérifier ces inscriptions. Malheureusement, il m’était impossible de réussir à les traduire. La première raison fût qu’il manquait une partie de l’inscription sur une des plaques. La forme syntaxique du birman fait qu’il est difficile d’obtenir une phrase avec du sens sans l’ensemble de la phrase. La seconde raison était tout autre, en voulant traduire je me suis aperçu qu’il ne s’agissait pas tout à fait du birman mais du dialecte Môn (မွန်).
Le royaume de Pégou était un royaume fondé dans la région des môns. La traduction qui avait été faite à l’époque correspondait donc à la langue utilisée par la population. Aujourd’hui, il s’agit d’une langue minoritaire et qui n’est plus utilisée dans cette région de la Birmanie.

Ce qui m’inquiétait c’était de savoir pourquoi on avait mis ces plaques ensemble. Non pas que cela me dérange tant que ça mais surtout parce que cet exemple laissait transparaître quelque chose d’autre et soulevait bien des questions. Comment est l’archéologie en Birmanie ? Qui fouille ? Qui s’occupe du patrimoine et comment ? Comment est mis en valeur le patrimoine et depuis quand ?

Je n’ai quasiment pas d’information sur le sujet mais il s’agit d’une question importante qu’il me faut tenter de répondre pour comprendre et savoir comment aborder les traces archéologiques qui pourraient me servir.

Cite this article as: Adrien Marest, "Une église de briques et de broc," in Une aventure birmane, 23/12/2017, https://uabirmane.hypotheses.org/144, ISSN:2606-6742.
  1. Bigandet, Paul-Ambroise, An outline of the History of the Catholic Burmese Mission, from the year 1720 to 1887, Hanthawaddy press 1887 []
  2. Amended list of ancient monuments in Burma, Rangoon, Superintendent, government printing, Burma, 1921 []

Mon sujet

Ce billet présente mon sujet de mémoire:

« Le 14 juillet 1751 étant mouillé devant la rade de Siriam avec le vaisseau de la Compagnie la Favorite, envoyé par M. Dupleix, […], le prince de Siriam m’a envoyé un chef de la Roudaye avec un interprette pour me demander d’où venoit le vaisseau, quel sujet nous amenoit dans ce pays, […] »1 

 

Au milieu du XVIIIe siècle, un Français nommé Sieur de Bruno (ou Bruneau) est arrivé dans l’actuelle Birmanie, dans ce qui était le royaume de Pégou. De sa mission, nous ne savons que peu de choses.

Sieur de Bruno a été envoyé par Dupleix sur un navire de la Compagnie des Indes Orientales (CIO). Arrivé dans le port du royaume, à Syriam (Siriam ou Sirian suivant les sources), Sieur de Bruno aurait été aidé par l’évêque de Pégou, Paul de Nérini. Il aurait, ensuite, établi un contact avec le roi en lui présentant une lettre de Dupleix et du Conseil de Pondichéry. Nous ne connaissons pas le contenu de la lettre mais le roi accepte de laisser un terrain à la compagnie, si celle-ci apporte son aide au roi dans la guerre qu’il est en train de mener.
Cette guerre oppose le royaume de Pégou, au sud de l’actuelle Birmanie, au royaume d’Ava, au nord (j’aurai l’occasion de vous présenter la situation politique de l’époque dans un prochain billet). La royauté d’Ava est faible, elle connait des difficultés après ces défaites contre le royaume de Pégou. Mais, ce royaume est soutenu par les Anglais (East India Compagny, EIC).
Par ce jeu d’alliance, commence alors une double rivalité dans un seul conflit. Parallèlement à la guerre, le terrain cédé à la compagnie sert à la construction de navires et à un peu de commerce.

Sieur de Bruno quitta la Birmanie pour revenir à Pondichéry, il y retourna en 1754.

A son retour la guerre fait rage, et l’absence de Sieur de Bruno a laissé grandir un doute à la Cour sur l’aide que peut réellement apporter la CIO. Pendant un court instant les alliances tendent à s’inverser. Les Anglais prennent contact avec le roi du Pégou et Sieur de Bruno avec le roi d’Ava. Plusieurs personnes interviennent auprès du roi du Pégou pour conserver son alliance avec la CIO et le premier schéma politique est retrouvé.
Le Pégou commence à perdre des batailles. Sieur de Bruno demande des renforts à la CIO qui lui envoie deux navires avec des armes et des hommes. Entre temps, le roi d’Ava est aux portes de Syriam. Ce dernier prend la ville avant que les renforts n’arrivent. Une des versions de cet événement rapporte que Sieur de Bruno aurait été piégé par le roi qui l’aurait obligé à demander des renforts à la CIO pour avoir la preuve de son soutien militaire au royaume de Pégou. Quoi qu’il en soit, un des navires arrive à bon port, l’autre se perd en chemin, et apporte la preuve du lien entre Sieur de Bruno, et de fait la CIO, avec le roi du Pégou au de-là d’un simple lien commercial. Les armes sont récupérées, les matelots sont incorporés dans l’armée du roi d’Ava, Sieur de Bruno et les officiers, ainsi que l’évêque Paul de Nérini semble t-il, sont alors tués en 1756.

C’est là qu’ont commencé à jaillir mes interrogations.

Pourquoi les compagnies ce sont-elles intéressées à ses royaumes ? Était-ce pour des raisons commerciales ou simplement par rivalité ?  Si c’est pour des raisons commerciales, quelle est donc cette richesse qui justifie cette confrontation voilée ?  Et si c’est par rivalité, pourquoi ouvrir un nouveau théâtre d’un conflit qui les oppose déjà fortement en Inde ? Pourquoi y a-t-il eu cette mission ? Et, comment s’est-elle passée pour aboutir à la mort de celui qui en était investi et des personnes y ayant participé ?
En somme, pourquoi y a-t-il eu une mission en Birmanie et pourquoi celle-ci a-t-elle échoué?

C’est par le biais de mon mémoire que je vais tenter de répondre à ces/mes questions.

1Tiré du « Journal de Bruno », FR ANOM C121 folios 2-9

Cite this article as: Adrien Marest, "Mon sujet," in Une aventure birmane, 12/12/2017, https://uabirmane.hypotheses.org/148, ISSN:2606-6742.

Décentrer son regard

Ce billet traite de la position d’un.e chercheur.euse par rapport à son sujet :

  • L’exemple de l’ascenseur : 

Je me suis souvenu l’autre jour d’un exemple que nous avait donné une enseignante de physique-chimie au lycée, sur la notion de référentiel.

Elle avait posé une question à la classe :  « Un ascenseur monte-t-il ou descend-il ? »
Plusieurs personnes avaient répondu. Certains disaient que l’ascenseur montait et d’autres qu’il descendait. Après ces premières réponses hâtives, la réponse générale était que l’ascenseur monte ou descend suivant notre position et la position d’origine de l’ascenseur.

Cet exemple m’est revenu en cours de birman. Nous étions en train de voir la dénomination des noms de lieux sur une carte de la Birmanie. Notre enseignante nous a montré l’Océan Indien, qui s’écrit ကပ္ပလီ ပင်လယ် en birman (on le prononce Kapali pénè).

  • L’exemple par la toponymie : 

ပင်လယ် signifie « mer » (prononcé pénè et non pélè par l’effet du sandhi, c’est-à-dire la transformation phonétique d’un mot dans sa prononciation orale). Mais ကပ္ပလီ (kapali) ne se traduit pas par « indien ».
Si on devait le traduire littéralement en français cela donnerait « nègre » notamment parce qu’il ne s’agit pas du mot « noir », mais pour autant le mot identifie des personnes à leur couleur de peau. Il ne faut pas voir cette traduction avec les connotations péjoratives et raciales que l’on peut retrouver dans le mot français. Le mot doit se comprendre au sens d’une origine géographique comme « populations d’Afrique ».

Ainsi, la traduction littérale de ကပ္ပလီ ပင်လယ် (kapali pénè) pourrait être « la mer des personnes venant d’Afrique ». On traduit généralement ce toponyme par Mer d’Adaman (une des mers appartenant à l’Océan Indien).
C’est là que je me suis souvenu de l’exemple de mon enseignante de physique-chimie.

Ce que nous avons appris comme étant l’Océan Indien est un toponyme européen qui a défini ce grand espace maritime vers « les Indes » comme étant, d’une part, un océan et, d’autre part, un espace vers « les Indes ». Or, en birman, ကပ္ပလီ ပင်လယ် (kapali pénè) serait le toponyme d’un espace maritime, avec le mot ပင်လယ် (pénè), donnant accès aux populations africaines, avec le mot ကပ္ပလီ (kapali).

  • Réflexion par rapport à mon travail : 

Ces exemples m’ont permis d’avancer dans ma réflexion sur la manière d’aborder mon sujet notamment pour prendre conscience que je possède des biais provenant de mon bagage, de « là où je suis » dans l’espace mais aussi dans le temps.
Maintenant, je sais qu’il faut rester attentif à ses recherches et à ses réflexions pour toujours être conscient des biais invisibles que l’on possède. Cela me permet également de m’interroger sur la notion de transnationale par rapport à mon sujet. Je n’ai pas terminé cette réflexion, essentiellement parce que cette notion est complexe.

Je pense qu’il me faudra tantôt imaginer que l’ascenseur monte, tantôt que l’ascenseur descend. Mais, il ne faut pas oublier la conclusion de cet exemple donné par notre enseignante de physique-chimie. Elle avait souligné le fait que notre réponse était incomplète car l’ascenseur peut aussi être immobile si notre référentiel se situe dans l’ascenseur et non au-dehors.
C’est donc par ces trois référentiels que je compte aborder mon sujet, ce qui m’aidera, je pense, à clarifier l’aspect transnational dans mon approche.

Cite this article as: Adrien Marest, "Décentrer son regard," in Une aventure birmane, 07/11/2017, https://uabirmane.hypotheses.org/121, ISSN:2606-6742.

Bienvenue

Bonjour à toutes et à tous,

Je tiens à vous présenter rapidement mon carnet pour que vous puissiez comprendre ma démarche et mon projet.

Je suis un étudiant du master « histoire transnationale » cohabilité par l’ENS et l’ENC, et je m’intéresse aux Français en Birmanie au XVIIIe siècle. Cette formulation est la plus simple que j’ai trouvé pour parler de mes recherches mais il est nécessaire d’être plus précis.

  • Contrairement à l’idée reçue, il y avait des français en Birmanie au XVIIIe siècle.

Combien étaient-ils ? C’est difficile à quantifier, mais ce qui est sûr c’est qu’il y avait un groupe de Français. Il m’est impossible de me consacrer entièrement à tous les Français en Birmanie tout au long de cette période dans le cadre de mon master.

C’est pourquoi, mes recherches vont se porter sur un individu en particulier, qu’il me convient de vous présenter dès à présent. La personne centrale de mon mémoire est un dénommé Sieur de Bruno (ou Bruneau suivant les sources) qui a été envoyé sur les terres de l’actuelle Birmanie par Joseph François Dupleix. C’est de lui et de sa mission qu’il va être question dans ce carnet.

Cependant, les Français n’étaient pas les seuls européens en Birmanie à cette époque. Lors de mes premières recherches j’ai pu apercevoir des missionnaires italiens, des envoyés anglais, des Portugais, des Arméniens, et la liste s’allonge peut-être encore.
Suivant les liens que ces personnes ont eues avec Sieur de Bruno, je suivrais leurs traces, au moins pour un temps, ce qui me permettra d’évoquer ici d’autres européens dans la Birmanie du XVIIIe siècle.

Maintenant que vous pouvez voir plus précisément le sujet qui m’intéresse, laissez-moi vous présenter mes objectifs vis-à-vis de ce carnet.

  • Ce carnet a une triple fonction :

La première est de suivre mes recherches. Je posterais mes découvertes mais aussi mes problèmes afin d’avoir un retour de la part des lecteurs qui, je l’espère, ne resteront pas de marbre et me donneront leurs avis et leurs conseils.

La seconde est de faire partager le fruit de mes recherches sur ce sujet pour qu’elles puissent servir à tous: chercheurs, passionnés de la Birmanie et/ou du XVIIIe siècle mais aussi les curieux de passage, tombés sur cette page par hasard.

Enfin, la dernière fonction sera d’évoquer certains sujets (culturels, historiques ou autres) sur la Birmanie.

Pour reprendre le titre de l’œuvre de George Orwell, Une histoire birmane, je vous invite ici à suivre mon aventure et celle de Sieur de Bruno en Birmanie.

Je vous souhaite une bonne balade dans ce carnet et de bonnes lectures.