Décentrer son regard

Ce billet traite de la position d’un.e chercheur.euse par rapport à son sujet :

  • L’exemple de l’ascenseur : 

Je me suis souvenu l’autre jour d’un exemple que nous avait donné une enseignante de physique-chimie au lycée, sur la notion de référentiel.

Elle avait posé une question à la classe :  “Un ascenseur monte-t-il ou descend-il ?”
Plusieurs personnes avaient répondu. Certains disaient que l’ascenseur montait et d’autres qu’il descendait. Après ces premières réponses hâtives, la réponse générale était que l’ascenseur monte ou descend suivant notre position et la position d’origine de l’ascenseur.

Cet exemple m’est revenu en cours de birman. Nous étions en train de voir la dénomination des noms de lieux sur une carte de la Birmanie. Notre enseignante nous a montré l’Océan Indien, qui s’écrit ကပ္ပလီ ပင်လယ် en birman (on le prononce Kapali pénè).

  • L’exemple par la toponymie : 

ပင်လယ် signifie “mer” (prononcé pénè et non pélè par l’effet du sandhi, c’est-à-dire la transformation phonétique d’un mot dans sa prononciation orale). Mais ကပ္ပလီ (kapali) ne se traduit pas par “indien”.
Si on devait le traduire littéralement en français cela donnerait “nègre” notamment parce qu’il ne s’agit pas du mot “noir”, mais pour autant le mot identifie des personnes à leur couleur de peau. Il ne faut pas voir cette traduction avec les connotations péjoratives et raciales que l’on peut retrouver dans le mot français. Le mot doit se comprendre au sens d’une origine géographique comme “populations d’Afrique”.

Ainsi, la traduction littérale de ကပ္ပလီ ပင်လယ် (kapali pénè) pourrait être “la mer des personnes venant d’Afrique”. On traduit généralement ce toponyme par Mer d’Adaman (une des mers appartenant à l’Océan Indien).
C’est là que je me suis souvenu de l’exemple de mon enseignante de physique-chimie.

Ce que nous avons appris comme étant l’Océan Indien est un toponyme européen qui a défini ce grand espace maritime vers “les Indes” comme étant, d’une part, un océan et, d’autre part, un espace vers “les Indes”. Or, en birman, ကပ္ပလီ ပင်လယ် (kapali pénè) serait le toponyme d’un espace maritime, avec le mot ပင်လယ် (pénè), donnant accès aux populations africaines, avec le mot ကပ္ပလီ (kapali).

  • Réflexion par rapport à mon travail : 

Ces exemples m’ont permis d’avancer dans ma réflexion sur la manière d’aborder mon sujet notamment pour prendre conscience que je possède des biais provenant de mon bagage, de “là où je suis” dans l’espace mais aussi dans le temps.
Maintenant, je sais qu’il faut rester attentif à ses recherches et à ses réflexions pour toujours être conscient des biais invisibles que l’on possède. Cela me permet également de m’interroger sur la notion de transnationale par rapport à mon sujet. Je n’ai pas terminé cette réflexion, essentiellement parce que cette notion est complexe.

Je pense qu’il me faudra tantôt imaginer que l’ascenseur monte, tantôt que l’ascenseur descend. Mais, il ne faut pas oublier la conclusion de cet exemple donné par notre enseignante de physique-chimie. Elle avait souligné le fait que notre réponse était incomplète car l’ascenseur peut aussi être immobile si notre référentiel se situe dans l’ascenseur et non au-dehors.
C’est donc par ces trois référentiels que je compte aborder mon sujet, ce qui m’aidera, je pense, à clarifier l’aspect transnational dans mon approche.

Cite this article as: Adrien Marest, "Décentrer son regard," in Une aventure birmane, 07/11/2017, https://uabirmane.hypotheses.org/121, ISSN:2606-6742.

Bienvenue

Bonjour à toutes et à tous,

Je tiens à vous présenter rapidement mon carnet pour que vous puissiez comprendre ma démarche et mon projet.

Je suis un étudiant du master « histoire transnationale » cohabilité par l’ENS et l’ENC, et je m’intéresse aux Français en Birmanie au XVIIIe siècle. Cette formulation est la plus simple que j’ai trouvé pour parler de mes recherches mais il est nécessaire d’être plus précis.

  • Contrairement à l’idée reçue, il y avait des français en Birmanie au XVIIIe siècle.

Combien étaient-ils ? C’est difficile à quantifier, mais ce qui est sûr c’est qu’il y avait un groupe de Français. Il m’est impossible de me consacrer entièrement à tous les Français en Birmanie tout au long de cette période dans le cadre de mon master.

C’est pourquoi, mes recherches vont se porter sur un individu en particulier, qu’il me convient de vous présenter dès à présent. La personne centrale de mon mémoire est un dénommé Sieur de Bruno (ou Bruneau suivant les sources) qui a été envoyé sur les terres de l’actuelle Birmanie par Joseph François Dupleix. C’est de lui et de sa mission qu’il va être question dans ce carnet.

Cependant, les Français n’étaient pas les seuls européens en Birmanie à cette époque. Lors de mes premières recherches j’ai pu apercevoir des missionnaires italiens, des envoyés anglais, des Portugais, des Arméniens, et la liste s’allonge peut-être encore.
Suivant les liens que ces personnes ont eues avec Sieur de Bruno, je suivrais leurs traces, au moins pour un temps, ce qui me permettra d’évoquer ici d’autres européens dans la Birmanie du XVIIIe siècle.

Maintenant que vous pouvez voir plus précisément le sujet qui m’intéresse, laissez-moi vous présenter mes objectifs vis-à-vis de ce carnet.

  • Ce carnet a une triple fonction :

La première est de suivre mes recherches. Je posterais mes découvertes mais aussi mes problèmes afin d’avoir un retour de la part des lecteurs qui, je l’espère, ne resteront pas de marbre et me donneront leurs avis et leurs conseils.

La seconde est de faire partager le fruit de mes recherches sur ce sujet pour qu’elles puissent servir à tous: chercheurs, passionnés de la Birmanie et/ou du XVIIIe siècle mais aussi les curieux de passage, tombés sur cette page par hasard.

Enfin, la dernière fonction sera d’évoquer certains sujets (culturels, historiques ou autres) sur la Birmanie.

Pour reprendre le titre de l’œuvre de George Orwell, Une histoire birmane, je vous invite ici à suivre mon aventure et celle de Sieur de Bruno en Birmanie.

Je vous souhaite une bonne balade dans ce carnet et de bonnes lectures.