Carte mentale

Ce billet présente un outil de travail qu’est la carte mentale :

Dans la recherche, il est parfois difficile de garder l’esprit clair, notamment quand on possède un trop grand nombre d’informations, d’hypothèses et de questions. Il faut réussir à conserver un visuel sur ce que l’on fait mais également sur son sujet pour en dégager les pistes, les procédés, les d’interactions, les connexions. Les problématiques sont simples : Comment gérer toutes ses informations ? Comment gérer les différentes interactions et les différents individus ?  Comment gérer sa propre démarche de recherche ?

Pour alléger mon cerveau et ma pensée, j’ai recours à une carte mentale (Mind map).
Une carte mentale est un outil qui représente physiquement, sur un espace plane, la pensée. Cela permet de se décharger cérébralement et de libérer la pensée en observant des informations de manière ordonnée, permettant ainsi d’avoir un regard, parfois/souvent, nouveau sur sa recherche.

Laissez-moi vous présenter ma carte mentale :

Ma carte mentale en Novembre 2017

Il existe plusieurs outils de cartes mentales. Souvent gratuits, ces outils peuvent être des logiciels, comme par exemple Freemind, ou des outils en ligne à la même manière qu’un cloud, je pense ici à Coggle.

Personnellement j’utilise Coggle, pas seulement parce qu’il est, en partie, gratuit ou parce qu’il est plus esthétique que d’autres. J’ai choisi Coggle car c’est un outil en ligne disponible sur un ordinateur et/ou sur mon téléphone, avec l’application. Posséder sa carte mentale sur son téléphone permet de l’avoir quasiment toujours avec soit lorsque l’on pense à une nouvelle hypothèse ou que l’on découvre une nouvelle informations aux archives.
Mais, avant tout, parce que je peux la partager. La question du partage a été déterminante dans le choix de ce support. Car, cela signifie que je peux communiquer avec mon directeur de recherche qui, de ce fait, peut consulter ma carte mentale quand il le souhaite pour observer les modifications, c’est-à-dire ma progression dans ma recherche.

Voici mon organisation :

-Ma carte mentale est organisée à partir de Sieur de Bruno.
-Puis, sur chacune des branches, on retrouve différents individus ou groupes d’individus. En somme, les personnes ou des institutions qui ont eu un lien direct avec lui, des personnes qu’il a rencontré.
-Si on continue sur ces branches on rencontre d’autres individus ou groupes d’individus qui n’ont pas été en lien directement avec Bruno mais qui ont, d’une manière ou d’une autre, entretenu un lien indirect avec lui.
-Sur chacune de ces personnes ou chacun de ces groupes, j’ai ajouté des sous-branches me permettant d’y ajouter les questions et les hypothèses qui s’y rattachent.

Au fur et à mesure je modifie ma carte pour m’organiser dans les recherches qui ont été faites, les recherches à faire et gérer mes hypothèses.

Ma carte mentale en Janvier 2018

Parallèlement à l’organisation par branche, j’ai ajouté un code.
Ce code est essentiellement visuel. Cela me permet de savoir où j’en suis assez rapidement, en un regard. Ce code est composé par:
– Une signalétique avec des points d’interrogations pour les questions mais aussi de panneaux jaunes avec un point d’exclamation pour les priorités (faisant souvent référence à des lectures déjà repérées). Les cases vertes représentent soit les hypothèses qui étaient bonnes et qui sont confirmées, soit les hypothèses qui nécessitent plus d’éléments pour être totalement confirmées. Les petits stylos représentent les archives que j’ai repéré mais que je n’ai pas encore pu consulter.
– Une police permettant d’appuyer les éléments importants, en gras, pour les voir en premiers. J’augmente également la taille de la police pour les branches prioritaires dans mon planning de recherche.
– Un ordre des branche qui est aussi un moyen d’organiser ma carte. Les questions et les hypothèses, de chaque individu ou groupe d’individu, sont placées soit en hauteur, quand c’est une interrogation qui est encore présente, soit en bas, quand l’hypothèse a été confirmée (ou en voie de confirmation).

La carte mentale est un outil majeur de ma recherche que j’ai adopté pour toutes les raisons pratiques que j’ai évoqué. Cependant, il faut avoir une rigueur quotidienne pour la tenir à jour. Il faut aussi conserver le même code que l’on a établi dès le début. En parlant de ma carte mentale à mes camarades, plusieurs d’entre eux ont essayé d’en faire une. Ils ne l’ont pas tous adopté si cela ne correspondait pas à leurs méthodes de travail.

Cite this article as: Adrien Marest, "Carte mentale," in Une aventure birmane, 25/02/2018, https://uabirmane.hypotheses.org/146, ISSN:2606-6742.

Décentrer son regard

Ce billet traite de la position d’un.e chercheur.euse par rapport à son sujet :

  • L’exemple de l’ascenseur : 

Je me suis souvenu l’autre jour d’un exemple que nous avait donné une enseignante de physique-chimie au lycée, sur la notion de référentiel.

Elle avait posé une question à la classe :  “Un ascenseur monte-t-il ou descend-il ?”
Plusieurs personnes avaient répondu. Certains disaient que l’ascenseur montait et d’autres qu’il descendait. Après ces premières réponses hâtives, la réponse générale était que l’ascenseur monte ou descend suivant notre position et la position d’origine de l’ascenseur.

Cet exemple m’est revenu en cours de birman. Nous étions en train de voir la dénomination des noms de lieux sur une carte de la Birmanie. Notre enseignante nous a montré l’Océan Indien, qui s’écrit ကပ္ပလီ ပင်လယ် en birman (on le prononce Kapali pénè).

  • L’exemple par la toponymie : 

ပင်လယ် signifie “mer” (prononcé pénè et non pélè par l’effet du sandhi, c’est-à-dire la transformation phonétique d’un mot dans sa prononciation orale). Mais ကပ္ပလီ (kapali) ne se traduit pas par “indien”.
Si on devait le traduire littéralement en français cela donnerait “nègre” notamment parce qu’il ne s’agit pas du mot “noir”, mais pour autant le mot identifie des personnes à leur couleur de peau. Il ne faut pas voir cette traduction avec les connotations péjoratives et raciales que l’on peut retrouver dans le mot français. Le mot doit se comprendre au sens d’une origine géographique comme “populations d’Afrique”.

Ainsi, la traduction littérale de ကပ္ပလီ ပင်လယ် (kapali pénè) pourrait être “la mer des personnes venant d’Afrique”. On traduit généralement ce toponyme par Mer d’Adaman (une des mers appartenant à l’Océan Indien).
C’est là que je me suis souvenu de l’exemple de mon enseignante de physique-chimie.

Ce que nous avons appris comme étant l’Océan Indien est un toponyme européen qui a défini ce grand espace maritime vers “les Indes” comme étant, d’une part, un océan et, d’autre part, un espace vers “les Indes”. Or, en birman, ကပ္ပလီ ပင်လယ် (kapali pénè) serait le toponyme d’un espace maritime, avec le mot ပင်လယ် (pénè), donnant accès aux populations africaines, avec le mot ကပ္ပလီ (kapali).

  • Réflexion par rapport à mon travail : 

Ces exemples m’ont permis d’avancer dans ma réflexion sur la manière d’aborder mon sujet notamment pour prendre conscience que je possède des biais provenant de mon bagage, de “là où je suis” dans l’espace mais aussi dans le temps.
Maintenant, je sais qu’il faut rester attentif à ses recherches et à ses réflexions pour toujours être conscient des biais invisibles que l’on possède. Cela me permet également de m’interroger sur la notion de transnationale par rapport à mon sujet. Je n’ai pas terminé cette réflexion, essentiellement parce que cette notion est complexe.

Je pense qu’il me faudra tantôt imaginer que l’ascenseur monte, tantôt que l’ascenseur descend. Mais, il ne faut pas oublier la conclusion de cet exemple donné par notre enseignante de physique-chimie. Elle avait souligné le fait que notre réponse était incomplète car l’ascenseur peut aussi être immobile si notre référentiel se situe dans l’ascenseur et non au-dehors.
C’est donc par ces trois référentiels que je compte aborder mon sujet, ce qui m’aidera, je pense, à clarifier l’aspect transnational dans mon approche.

Cite this article as: Adrien Marest, "Décentrer son regard," in Une aventure birmane, 07/11/2017, https://uabirmane.hypotheses.org/121, ISSN:2606-6742.